Vessie et reins

La nature qui est efficace

Tisanes médicinales Sidroga® en cas de maladies des voies urinaires supérieures et inférieures.

Une première aide en cas de maladies des voies urinaires supérieures et inférieures

Tisanes médicinales Sidroga® en cas de maladies des voies urinaires

Une infection des voies urinaires fait partie des causes les plus fréquentes pour lesquelles un médecin est consulté. Il s'agit de l'inflammation du tissu dont sont revêtues les voies urinaires. Les voies urinaires inférieures sont généralement affectées. La vessie et l'urètre en font partie. En outre, les voies urinaires supérieures – les reins et notamment le bassinet rénal et l'urètre – peuvent également être enflammées. Les tisanes pour la vessie et les reins appropriées permettent de traiter les infections urinaires aigües et d'éviter des infections récurrentes.

En outre, on dispose d'une sélection de plantes médicinales qui permettent de réduire les dépôts de calculs rénaux et de sable rénal. Les principes actifs utilisés rincent et désinfectent les voies urinaires, également en complément d'un traitement médicamenteux. Avec les conseils de votre médecin ou de votre pharmacien, vous trouverez la tisane médicinale Sidroga® adaptée à vos besoins. Votre médecin ou votre pharmacien vous aidera à choisir la tisane médicinale Sidroga® qui vous convient.

Quels sont vos symptômes ? Vous trouverez ici la tisane adaptée à vos besoins:

Les causes de cette infection sont multiples

Parmi les principaux déclencheurs figurent les bactéries issues de l'intestin, qui pénètrent de l'extérieur, en passant par l'ouverture de l'urètre, dans les voies urinaires. Les symptômes classiques d'une infection des voies urinaires sont, outre une envie fréquente d'uriner, la sensation de brûlure et la faible quantité d'urine lors de la miction ainsi que des douleurs au niveau du bas-ventre. Une infection des voies urinaires survient généralement « du jour au lendemain », dans la mesure où aucune maladie préexistante ou une anomalie organique n'existe dans le tract urogénital de la personne concernée.

Pour que cette inflammation aigüe non compliquée des voies urinaires inférieures ne s'aggrave pas ni s'étende sur le tractus urinaire supérieur en direction des reins (infection ascendante), il est recommandé de la traiter rapidement. Les inflammations aigües non compliquées des voies urinaires sont généralement traitées par antibiotiques, du fait de leur origine bactérienne. Une autre maladie du tract urogénital est constituée par la présence de sable rénal ou de calculs rénaux pouvant se déposer dans différentes parties du tract urinaire. On parle donc par ex. de calculs vésicaux ou rénaux. Les tisanes pour la vessie et les reins appropriées permettent de traiter les infections urinaires aigües et d'éviter des infections récurrentes.

Traitement par rinçage

Le but de l’irrigation est d’évacuer du corps avec l'urine les agents pathogènes responsables des inflammations ainsi que les produits métaboliques susceptibles de former des calculs. C’est pourquoi on recommande dans ces cas un apport accru de liquides en buvant entre 2 et 3 litres par jour, en concertation avec le médecin traitant. En complément, il convient également de consommer des tisanes médicinales aquarétiques (diurétiques). Traditionnellement, on fait appel à des plantes médicinales telles que les feuilles de bouleau, les feuilles d'ortie, les feuilles d'orthosiphon ou le solidage verge d'or : une infusion avec Sidroga Feuilles d'ortie, Sidroga Feuilles de bouleau ou avec Sidroga Tisane pour la vessie et les reins.

Désinfecter

Alors que dans le traitement par rinçage, les germes sont évacués et on influence ainsi l'infection de manière indirecte, il est par ex. connu que les feuilles de raisin d'ours inhibent la croissance des bactéries, ce pourquoi elles sont utilisées pour réduire directement l'infection bactérienne. Les feuilles de raisin d'ours sont également utilisées comme principe actif dans la tisane Sidroga Feuilles de raisin d’ours.

Maladies des voies urinaires : Comment elles peuvent se produire

Un système immunitaire affaibli, une maladie métabolique préexistante ou la rétention urinaire augmentent la probabilité de contracter une inflammation des voies urinaires supérieures ou inférieures, de même que les caractéristiques anatomiques différentes de l'homme et la femme. Étant donné que l'urètre des femmes est plus court, les germes pénètrent plus facilement dans les voies inférieures excrétrices. Elles contractent donc une inflammation de la vessie nettement plus fréquemment. Parmi les principaux déclencheurs de cette douloureuse inflammation figurent les bactéries issues de l'intestin, qui pénètrent dans le tractus urogénital suite par exemple à une infection par contact. Mais également les hommes et les personnes âgées, notamment celles qui sont porteuses d'un cathéter vésical, ou les enfants en âge de porter des couches font partie du groupe à risque.

Du fait de son origine bactérienne, une infection aigüe des voies urinaires peut généralement bien se traiter par rinçage ou, en fonction des recommandations du médecin, avec des antibiotiques. Si l'infection se propage, elle peut s'étendre des voies urinaires inférieures jusque dans le bassinet rénal et y provoquer éventuellement l'inflammation du bassinet. Les calculs rénaux (ou les sables rénaux) sont plus fréquents qu'on ne le pense : Les dépôts généralement aux repos situés dans les cavités des reins sont souvent découverts par hasard dans le cadre d'une échographie. Ils peuvent toutefois causer des coliques souvent très douloureuses lorsque leur taille se modifie ou qu'ils migrent des reins vers l'urètre qu'ils obstruent, le cas échéant.

Plus d'articles sur les infections de la vessie et des reins

Infection des voies urinaires : Inflammation des voies urinaires excrétrices

Les bactéries provoquent une inflammation des muqueuses des voies urinaires supérieures et inférieures. Si elles pénètrent dans la vessie, cela se traduit par une sensation de brûlure et des douleurs lors de la miction et une envie fréquente d'uriner.

en savoir plus

Elles sont particulièrement fréquentes entre deux saisons : Inflammations de la vessie

Envie permanente d'uriner, douleur ou sensation de brûlure lors de la miction - les femmes sont particulièrement exposées à l'inflammation de la vessie, surtout au printemps et à l'automne. Découvrez ici entre autres comment prévenir une inflammation de la vessie.

en savoir plus

Calculs rénaux ou sable rénal : Dépôts issus de composantes de l'urine

Les calculs rénaux au repos ou le sable rénal ne provoquent en général pratiquement aucun symptôme. Ils peuvent toutefois causer de fortes douleurs pouvant aller jusqu'à une colique néphrétique.

en savoir plus

Inflammation du bassinet rénal - l'une des maladies rénales les plus fréquentes

Une infection (surtout) bactérienne est généralement à la base de l'inflammation du bassinet rénal aiguë ou chronique (pyélonéphrite, PN). Le plus souvent, les agents pathogènes migrent vers le tractus urinaire à travers l'urètre. C'est pourquoi les femmes, en raison de leur urètre relativement court, sont plus souvent concernées que les hommes.

en savoir plus